Lara Lannoo et Victoria Delarozière

Au travail

28 févr.

› 4 mars

Camposanto (titre de travail)

– On m’a dit qu’il ne faut aller au cimetière ni à midi, ni à minuit
– On m’a dit qu’en quittant le cimetière, il faut jeter des poignées de sable derrière soi, se laver les mains et faire un détour pour semer la mort
– On m’a dit que la mort est une femme
– Je crois que c’est bien possible
– On m’a dit qu’à La Réunion, ça s’appelle “la société ventre en l’air”
– On m’a dit qu’il faut soigneusement choisir l’image que nous laissons sur notre tombe
– Je crois que je ne sais pas encore quel âge j’aimerais avoir pour l’éternité
– On m’a dit qu’il faut placer à la même hauteur la dignité de la vie et la dignité de la mort
– Je crois que dernièrement nous avons remis ça à plus tard. trop tard.
– On m’a dit qu’il était préférable de ne pas embêter les morts avec de la musique
– Je crois que ça ne les dérange pas

– On m’a dit qu’on se complique la vie avec notre rapport à la mort

Avec Camposanto nous voulons questionner notre rapport aux cimetières et à la mort. À travers la danse, la musique, les récits tissés de rencontres, d’histoires d’hier et d’aujourd’hui, nous souhaitons faire résonner nos intimités collectives dans ces lieux à la fois communs et extraordinaires. Chanter une ode à la vie, à l’amour et à la mort, le temps d’une échappée musicale et dansée pour cimetières.

Victoria Delarozière, musicienne et compositrice

Ce que j’aime surtout, ce sont les histoires ; les écrire, les chanter, les danser, les faire voyager, mon accordéon sur le dos. Musicienne multi instrumentiste, comédienne pour diverses compagnies de théâtre de rue en France et Chili, Crieuse Publique pour la compagnie Aziadé, compositrice pour divers courts et longs métrage, je me suis en parallèle formée au chant et à l’écriture à La Manufacture Chanson à Paris. Trois albums et moult concerts découlent de cette formation, aux côtés de Jo Zeugma, arrangeur et musicien. Des poèmes de Pablo Neruda arrangés en musique, aux musiques traditionnelles du Sud de l’Italie avec Marta dell’Anno pour Tascabilissimo, je chante, joue et compose avec un plaisir non dissimulé.

Lara Lannoo, danseuse et paysanne

Je me forme à la danse à Bruxelles et à Bruges, où je grandis. Je passe par le Conservatoire Royal à Anvers pour poursuivre mes études en danse contemporaine, puis intègre la formation PEPCC (Programme de recherche et de création chorégraphique) à Lisbonne de 2010 à 2012. Pendant ces années de danse j’ai toujours été active politiquement, jusqu’à atterrir sur la zad de Notre-Dame-des-Landes où je vis et travaille depuis bientôt dix ans. boulangère, bibliothécaire, ravitailleuse, constructrice, entre autres, je reprends un travail chorégraphique avec le solo “Nós”, dont une étape de travail a été présentée en 2020 à Lisbonne. En 2021 je me lance dans une nouvelle aventure en entamant une formation pour devenir praticienne de la Méthode Feldenkrais à Bruxelles.