Lilas Nagoya et Laura Fanouillet

Au travail

16 janv.

› 20 janv.

Lilas Nagoya

Le Centre Imaginaire de Tout

Faisons l’hypothèse que l’acte de danser soit le centre imaginaire de tout.
Ce Centre Imaginaire de Tout, nous le nommons « C.I.T », le prononçons « cite » et y entendons aussi « site ».
Le C.I.T est une installation, un laboratoire et une école éphémère, qui visent toutes trois à produire des pièces à conviction du passage remarquable d’une danse. Conçu dans un processus d’archivaction, le C.I.T se déploie en trois temps liés :

  • La création d’une série d’estampes et d’œuvres plastiques (monotypes, plâtres, céramiques, frottages…) à partir de matières telles que la terre, le bois, les os, les tissus, les peaux, les végétaux ;
  • Un laboratoire de recherche-transmission en danse plastique pour mettre en jeu ces œuvres, collecter et restituer de nouvelles empreintes ;
  • La co-création de danses empreintes de ces emprunts, commémoratives et qui seront des appels vers ce qui persiste dans l’invisible.

Lilas Nagoya

Performeuse et plasticienne, Lilas Nagoya cherche à faire des ponts entre les pratiques performatives dans le but de mettre en partage des moyens d’auto-apprentissage expérimentaux. Les procédés de l'empreinte tiennent une place particulière dans ses réalisations en tant qu'ils permettent des espèces de révélations de toutes sortes, pratiques, esthétiques, techniques, symboliques ou magiques, d'une efficacité à toute épreuve. Souhaitant que ses mains lui parlent, la pensée du corps intriguant, la parole et son chant lui sont utiles pour communiquer à tous les niveaux, somatiques et hypnotiques.

Laura Fanouillet

Danseuse interprète et philosophe de formation, docteure en danse, Laura Fanouillet est actuellement ATER en Arts du spectacle à l’Université Grenoble-Alpes, associée au laboratoire Litt&Arts, à la Structure Fédérative de Recherche Création et au Performance Lab, avec lesquels elle développe de nouvelles pratiques et expérimentations en recherche-création et performance as research. Sa thèse de doctorat, La Fabrique de l’oratoire. Recherche-transmission en danse, training et lieux de vie, explore les opérations symboliques à l’œuvre dans la transmission d’un art de danser comme d’un art de vivre.