Lucie Lintanf

Au travail

20 févr.

› 3 mars

Lucie Lintanf

Danse de Chambre

J'aimerais que les gens dansent, que les danses communes reviennent, que le passé le présent et le futur se jouent des tours.
Danse de chambre, se plonge dans les micros-histoires cachées de danses.
Elle part en récolte des danses que certaines personnes, ont fait dans leurs espaces privés seul à seule,
à un moment particulier de leurs vie dans une nécessité brute.
Danse de chambre c'est d'abord un film où des personnalités dansent chez elles leurs propres danses et elles en parlent.
Puis c'est une forme en scène, une invention à partir de ce film qui nous rappelle et nous inspire d'autres histoires de danses.
C'est un jeu avec des histoires à mémoires élastiques que l'on forme que l'on déforme et que l'on reforme dans la voix, dans les mots, dans l'espace, dans la danse et dans les corps.

.

.

Lucie Lintanf

Lucie Lintanf aime mêler la fiction et le vécu comme le fait si bien son cerveau, elle vit à Douarnenez. Elle joue de récits, de paroles et de danses, à contrepoint et à contrechamps, dans une tentative d'horizontalité des langages. Après ces études aux Beaux-Arts de Toulouse et Nantes, elle fait une escale aux Pays-Bas et en Belgique caméra au poing à la recherche de femmes âgées qui dansent. Elle en trouve une. Un chat noir nommé Étoile et un déménagement à Lisbonne pour une formation de recherches chorégraphiques à Forum Dança, bal de rencontres surprenantes et découverte d’un chaos réjouissant, miroir rassurant de son propre corps.
Elle travaille en tant qu’interprète pour Miguel Perreira, Catarina Oliveira et Tiago Cavalhas. Elle a travaillé sur le projet Légende de Romain Beltrão Teule (regard extérieur) et Époques de Pauline Weidmann (création chorégraphique en duo). Elle est co-autrice de Superadaptation, pour ne pas s’adapter spectacle en collaboration avec Inês Cartaxo, Ana Paula Gusmão et Luis Odriozola. En 2017, elle crée avec Romain Beltrão Teule la structure de production de spectacles vivants Le Vertige, implantée à Brest. Elle utilise la scène comme outil réflexif et documentaire et développe son travail personnel en créant La femme à la bûche et BrÜte .