Marion Blondeau

Au travail

10 févr.

› 14 févr.

Lilith

À partir d'un matériau chorégraphique pré-existant au solo F’m de Marion Blondeau et suite à sa rencontre avec Ahmed Ayed, réalisateur d'origine tunisienne, les deux artistes décident de créer ensemble une nouvelle proposition cinématographique : Lilith.
Conjointement à ce projet de film est également né le désir de créer une forme performative.
Leur terrain de jeu s’enracine autour de la libération de la sexualité féminine, de sa controverse archaïque, de la peur et dangerosité qu’elle engendre. C’est précisément l’émergence de cette énergie primitive pouvant être perçue socialement comme dangereuse et forcément reçue comme provocatrice qu’ils souhaitent travailler.
Dans une proposition performative articulant danse, art plastique et création sonore, il est question d’accepter de descendre au travers des intimités jusqu’à la rencontre de l’énergie sexuelle originelle.

Il y a ce choix, cet acte de se donner accès à ces espaces enfouis, historiquement réprimés, bafoués et détournés.
Lilith ouvre la boîte de Pandore pour aller à la rencontre d’une féminité sacrée expérimentale et subjective, repoussant les limites d’une non-domestication du “corps féminin attendu”.

Marion Blondeau

Marion Blondeau commence la danse classique tôt en conservatoire. Après l’obtention de sa licence en Arts du spectacle, elle part pour Tunis où elle se forme au CMDC, Centre Méditerranéen de Danse Contemporaine. Portée par sa nécessité d’Ailleurs, elle continuera à se former au Maroc, au Burkina Faso et au Sénégal : à l’École des Sables de Germaine Acogny. À l’occasion de sa première co-création Zaphir, elle est repérée à Ouagadougou par Josef Nadj en 2008. Elle crée sa compagnie «3arancia» en 2009. Elle crée Patrimoine en 2010 avec sa mère, grand-mère et grand-tante, afin d’interroger ces gestes de non-dit, transmis de génération en génération, qui travaillent le corps des femmes. Forte de ses rencontres, se suivent de nombreuses collaborations en tant que danseuse interprète et artiste chorégraphique, en France, Tunisie, Égypte, Palestine, Espagne et Afrique du Sud.
En 2016 elle rejoint l’équipe de Mithkal Alzghair pour la pièce Transaction. Par ailleurs, elle entame la même année une formation aux Ballets C de la B, avec Florence Augendre en fasciapulsologie. Elle collabore depuis 2018 avec Phia Ménard notamment au sein de la pièce Saison Sèche.