Mathilde Papin

Au travail

3 avril

› 8 avril

© rive

SEREIN

Dans SEREIN, les deux interprètes construisent leur espace sonore en direct, à base de percussions répétitives, de boucles d’harmonicas et de techno acoustique. Au travers de ces transes discrètes, ils circulent, tracent des trajectoires, proposent des figures. Ils offrent le mouvement comme un assemblage d’énigmes, à la limite de la performance et de la danse écrite.

Au sein d’une "partition ouverte", les gestes sont traversés comme des graphies, ce sont des signes, des indices, des effets physiques. On y voit peut-être des végétaux, des animaux, des humains ou des êtres fictionnels. Peut-être que c’est une incantation pour un changement, une métamorphose, pour une communauté réelle ou fictive. Peut-être le désir c’est de faire une cérémonie pas solennelle. Peut-être, c’est un documentaire animalier du futur.

Il y a deux ans, j’ai invité Rémi Blanes à collaborer avec moi, lui en tant que musicien et plasticien moi en tant que performeuse et chorégraphe. Au bout d’un an nous étions tous les deux en mouvement et tous les deux à produire du son. Nous avons travaillé un rapport entre la musique et la danse qui soit non-littéral, non-illustratif. Nous avons constitué un lexique de gestes, qui peuvent être figuratifs mais qui restent présentés dans leur aspect physique, rythmique.
Les deux interprètes Daphné Achermann et Arthur Amard, ont ensuite nourri la pièce de leur propre lexique de gestes, de leur propre interprétation, et de leur manière de doser le performatif et le dansé.

Biographies

Mathilde Papin sort de l’école de cirque Fratellini, d’un Master de philosophie à La Sorbonne et de la formation de danse ACTS. Elle a travaillé avec Michael Kliën, Luiza Schulz, le groupe de performeur·euses Bourbaki et la compagnie Terrain Collective. Elle chorégraphie, réalise des vidéos et est autrice d’articles de recherche en danse, de philosophie et de poésie.

Rémi Blanes est diplômé des Beaux Arts de Toulouse et s’est formé à la batterie et aux percussions. Il créé le trio de performance Youssef Panda, puis Comme dans Tintin et Détresse sur la D13. Son travail plastique continu sous forme photographique et vidéographique.

Daphné Achermann s’est formée au CNDC d’Angers sous la direction d’Emmanuelle Huynh, elle y crée ses deux premières pièces. Depuis, elle collabore avec Alain Michard, Alice Gauthier et Arsène Juteau. Elle créé le concert performatif Moulax avec Solène Garnier. Parallèlement, elle étudie la phytothérapie.

Arthur Amard est issu de la Comédie de Saint-Étienne. Il joue sous la direction d'Élise Vigier, de Marcial Di Fonzo Bo et de Pierre Maillet. Il est membre de Terrain Collective. Il crée à la Comédie de Caen Tant qu’il y aura des brebis avec Léa Carton de Grammont et Cécile Laloy. Il est aussi accordéoniste, pianiste et tondeur de moutons.