Pauline Weidmann

Au travail

8 juin

› 12 juin

Époques

Pauline Weidmann imagine pour sa pièce une succession de tableau sans dramaturgie, elle serait la composition en couche de territoires et d'héritages sur une voix qui s'oeuvre à transmettre. Une composition absurde d'identité, sur une localité constatée au milieu, au carrefour de plusieurs migrations héritées.
Entre représentations et répertoires collectés
métamorphoses et voix empruntées
la protagoniste ferait la tentative d'une tradition.

Rompue au ridicule et à l'ouvrage du silence, elle tente et vocalise sa quête à la rencontre de l'Autre, des sentiments, d’éléments sonores évocateurs, d'extraits vidéos documentaires, d'objets instruments avec la volonté de dire, de raconter des récits d'aujourd'hui, des réalités communes.

Ecriture : Pauline Weidmann
Regards extérieurs : Daphné Achermann, Joëlle Colombani et Elodie Currado.

Pauline Weidmann

Artisane du commun, Pauline Weidmann a d'abord fait des études de géographie et de sociologie adressées aux territoires. En passant par des structures d'éducation populaire, acteurs des ruralités (l’Afip et les Crefad) elle se forme et intègre des méthodes qui font percoler la culture depuis des terrains, des groupes, des gens. C'est en 2014 qu’elle se retire en explorations pour déplacer son langage et prendre le temps. Elle intègre directement la FAAAC (formation autogérée aux arts du cirque) et s'investit dans l'organisation autogérée d’un cycle de laboratoires de pratiques corporelles. Elle commence alors à enrichir puis à transmettre des vocalités, la voix parlée chantée, pratique qu'elle manie intimement et comme une manière de la parole. Elle organise quelques grosses aventures collective dont la Dérive en Septembre 2014 - Festival itinérant sur la Loire - Bateau radeaux - 80 artistes en festivals sur les rives
En 2014-2015 elle porte au sein des Egarnements un cycle exploratoire de 8 mois auprès d'artistes qu'elle choisit et forme un groupe de 12 personnes à l'aventure de la recherche. entre étude du collectif, relation aux territoires et formation artistique.
C'est en 2015 qu'elle monte l'Enracinée, une compagnie terreau où s'invitent des recherches collectives et individuelles ouvertes à la question du milieu, du lieu et des sociologies de terrain. Elle collabore avec des artisanats distincts et fabrique les cadres pour que se rencontrent paroles et milieux, récits et vécus, ordinaires et rituels. Itinérances en espace public, Organisation de laboratoires, créations In Situ en milieu rural...
Invitant à chaque fois d'autres regards, d'autres vécus à investir les lignes écrites et bousculer ses points de vue, Pauline continue de participer à des laboratoires de transformation sociale et d'éducation populaire pour nourrir son rapport à l'action.
Elle passe un cycle II au conservatoire de chant lyrique en 2017 - 2018.
Ses poésies sont éditées dans deux recueils et dans la revue collective PLI.